7. Bord de Marne – Henri Cartier Bresson

bresson

 

Description

C’est le Bord de Marne, en 1938 par Henri Cartier Bresson : La rivière qui se jette dans la Seine juste à l’entrée de Paris, au sud.

Le sujet : deux couples sur le bord de la Marne font un pique-nique. La photo est divisée en deux par une ligne horizontale qui sépare la terre (les bords de la rivière) de l’eau. Photo en noir et blanc.

Dans le cadrage 24×36 de son Leika, le photographe, situé derrière les personnages, cadre son sujet au plus près, pour que la scène se développe sur toute la surface de l’image.

La prise de vue en plongée guide le regard à descendre progressivement du premier plan à gauche (homme au chapeau qui se sert à boire), vers la barque et la rivière dans une succession de plans horizontaux.

On peut insister sur l’instantanéité exprimée par les postures des différents personnages.

Le personnage à gauche verse du vin dans un verre, la dame à droite a quelque morceau de nourriture en main et semble vouloir le porter à la bouche et le mordre, l’autre femme aussi à gauche a un bout de nourriture dans la main gauche. Le personnage masculin pris par derrière, de dos a les deux mains appuyées sur l’herbe et regarde l’eau de la rivière.

Plusieurs objets sont disséminés sur l’herbe. D’abord des nappes, puis des assiettes avec des couverts et de la nourriture dedans, puis des serviettes sur les genoux de chaque personnage.

On aperçoit un panier en osier ouvert avec de la nourriture dedans et, derrière la femme à droite, une bouteille vide. Une canne à pêche est plantée dans l’herbe  .

 

Analyse 

 L’habillement est très informel : des bretelles, des maillots, des jupes pour les femmes.. Les hommes ont des chapeaux, mais pas les femmes.

Scène emblématique d’un dimanche ensoleillé, au bord de l’eau, scène de la vie quotidienne, saisie sur le vif. Les congés payés ont permis à la classe ouvrière d’accéder aux loisirs jusque là réservés à la bourgeoisie.

En regardant les ombres (de la barque surtout) on peut comprendre que le soleil est à son zenith.

Cartier Bresson fige un instant du déjeuner, un jour de pêche à la ligne.

 

Interprétation

 Montrer comment les couples de la classe ouvrière peuvent se permettre des moments de loisir. En même temps, une petite veine humoristique ou ironique. Quel cadre ? Tout ce qui a un lien avec le pique nique à la campagne. Vue d’ensemble, mais en même temps, photo bien remplie par les personnages qui occupent toute la moitié basse de la photo. Cette sensation d’encombrement est équilibrée par l’eau de la rivière, mais là aussi il y a une barque.

Sensation générale de lassitude, de gens qui ont beaucoup mangé et beaucoup bu…

Les personnages regardent, mais ne parlent pas entre eux. On a la sensation qu’ils sont complètement occupés par la nourriture et la fatigue de la digestion.

Même si c’est un instantané, on ne perçoit aucun élément  de mouvement, aucun dynamisme. On a presque l’impression de sentir la chaleur du soleil.

Distance, mais acceptation indulgente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :